24 Juin : Trancoso

 

Après cette rude remontée au vent, une courte escale à Trancoso, joli village typiquement Brésilien au charme fou, perché sur un promontoire verdoyant et surplombant de magnifiques plages, a vite fait de remonter le moral des troupes. Le soleil fait quelques apparitions et les grains se font rares. 

 

 

 

Le petit village de Trancoso, calme et reposant

 

 

Le lendemain nous relâchons à Ilhéus, ville de 230 000 habitants, à l’architecture lumineuse du début du XXe siècle. La gloire de la ville vient de son passé prospère lié au commerce du cacao. Il est vrai aussi que Jorge Amado fit d’Ilhéus le cadre de plusieurs de ses romans et qu’il y vécut un certain temps ce qui fait aujourd’hui encore la fierté des habitants. 

 

 


Le petit village de Trancoso, calme et reposant

 

 

Nous appareillons au petit matin après avoir vu le match du Brésil et envoyé les images pour Eurosport, non sans mal, car les connexions internet sont compliquées. Nous faisons voile vers Itacaré à 40 milles, cette étape marquera la fin des traversées éprouvantes puisque nous serons ensuite vers Salvador de Bahia et caboterons d’îles en îles jusqu’à l’ancienne capitale. 

 

 


Le petit village de Trancoso, calme et reposant

 

 


Le petit village de Trancoso, calme et reposant

 

 

Nous rejoindrons ensuite Natal avant de retrouver le vent portant et la caresse de l’océan, celle d’un bateau en harmonie avec les éléments, poussé par le vent et vibrant à l’unisson. 

 

 


Le petit village de Trancoso, calme et reposant

 

 

 

Le petit village de Trancoso, calme et reposant

 

 

Nous longeons d’interminables plages de sable blanc, la mer est grosse et le ciel chargé de gros cumulus qui dévoile quelques parcelles d’un ciel infiniment bleu. 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord