31 Janvier : Mumbai

Bientôt quatre jours que nous sommes consignés à bord de Fleur Australe, au mouillage à Bombay, qu’on appelle Mumbai aujourd’hui. Depuis Samedi, c’est un défilé de militaires en tout genre qui se succèdent à notre bord.

2018 01 31 fa 03En effet en 2006 un bateau terroriste s’est fait exploser, alors ils redoublent de vigilance, d’autant que nous arrivons du Pakistan, ce qui est très mal vu. Après 5 jours de traversée et un refus de débarquer à Portbandar, je dois dire que nous sommes un peu sous le choc de ce confinement imposé, qui vire à l’emprisonnement. Ils ne cessent de nous poser des questions, de mettre sous sceller nos téléphones iridium, nos bouteilles d’alcool, de photographier notre pharmacie et j’en passe. Il fait de plus en plus chaud à bord et le climat est tendu.

Hier ils sont arrivés en criant à 1h30 du matin alors que nous dormions, ce qui a totalement perturbé les enfants, pas tout à fait remis du malheureux épisode que nous avons vécu en Haïti, il y a 3 ans, avec nos prétendus policiers qui n’étaient autre que des pirates. Nous ne comprenons pas ce qu’ils craignent et à quoi ils jouent, il leur suffit d’aller sur le net pour voir qui nous sommes et écarter tout danger mais ça ne se passe pas ainsi et nous attendons, le bon vouloir des douanes, de la police, de l’immigration, des gardes côtes.

Le véritable problème c’est effectivement que nous venons du Pakistan. Le mouillage est rouleur, il fait chaud, l’air est pollué mais la vue est belle et la Porte d’Inde (Gateway of India), en face de nous, nous sourit, l’air légèrement narquois je dois dire, mais je rêve à tout ce qui se cache derrière elle et cela suffit à me faire tenir. L’Inde se mérite, ça va de soi. Patience !

2018 01 31 fa 01

2018 01 31 fa 01

2018 01 31 fa 01

2018 01 31 fa 01

Les 100 derniers billets du Carnet de bord